A travers peau

Je marche au bord des glaciers et des lacs gelés bordant l’océan et les mers. La terre s’effrite et s’évapore face à cette grande bleue… Plus rien n’existe à par


%d blogueurs aiment cette page :